Adobe Experience Manager avec MongoDB aem-with-mongodb

Cet article vise à améliorer les connaissances sur les tâches et les considérations nécessaires pour déployer AEM (Adobe Experience Manager) avec MongoDB.

Pour plus d’informations sur le déploiement, consultez la section Déploiement et maintenance de la documentation.

Quand utiliser MongoDB avec AEM when-to-use-mongodb-with-aem

MongoDB est généralement utilisé pour la prise en charge des déploiements d’instances de création d’AEM lorsque l’un des critères suivants est satisfait :

  • plus de 1 000 utilisateurs et utilisatrices uniques par jour ;
  • plus de 100 utilisateurs et utilisatrices simultanés ;
  • nombre élevé de modifications de page ;
  • activations ou déploiements volumineux.

Les critères ci-dessus sont réservés aux instances de création et non aux instances de publication, qui doivent toutes être basées sur TarMK. Le nombre d’utilisateurs et utilisatrices fait référence aux personnes authentifiées, puisque les instances de création n’autorisent pas d’accès non authentifié.

Si les critères ne sont pas remplis, un déploiement TarMK actif/de secours est recommandé pour répondre à la disponibilité. En règle générale, MongoDB doit être pris en compte dans les situations où les exigences de mise à l’échelle sont supérieures à ce qui peut être réalisé avec un seul élément matériel.

NOTE
Vous trouverez des informations supplémentaires sur la taille des instances de création et la définition des utilisateurs et utilisatrices simultanés dans la section Instructions sur le dimensionnement du matériel.

Déploiement minimal de MongoDB pour AEM minimal-mongodb-deployment-for-aem

Vous trouverez ci-dessous un déploiement minimal pour AEM sur MongoDB. Pour plus de simplicité, les composants de terminaison SSL et de proxy HTTP ont été généralisés. Le déploiement se compose d’un seul jeu de réplicas MongoDB, dont un principal et deux secondaires.

chlimage_1-4

Un déploiement minimal nécessite trois instances mongod configurées en tant qu’ensemble de répliques. Une seule instance est choisie comme principale, les autres étant secondaires. Le choix est géré par mongod. Un disque local est associé à chaque instance. Pour que le cluster puisse supporter la charge, un débit minimal de 12 Mo par seconde avec plus de 3 000 opérations d’E/S par seconde (IOPS) est recommandé.

Les auteurs AEM sont connectés aux instances mongod, chaque auteur AEM se connectant aux trois instances mongod. Les écritures sont envoyées à l’instance principale et les lectures peuvent être lues depuis n’importe quelle instance. Le trafic est distribué en fonction de la charge par un Dispatcher sur l’une des principales instances de création d’AEM. Le magasin de données Oak est un FileDataStore. La surveillance de MongoDB est assurée par MMS ou MongoDB Ops Manager en fonction de l’emplacement du déploiement. Le niveau du système d’exploitation et la surveillance des journaux sont fournis par des solutions tierces telles que Splunk ou Ganglia.

Dans ce déploiement, tous les composants sont requis pour réussir l’implémentation. Tout composant manquant rend l’implémentation non fonctionnelle.

Systèmes d’exploitation operating-systems

Pour obtenir la liste des systèmes d’exploitation pris en charge par AEM 6, consultez la page Exigences techniques.

Environnements environments

Les environnements virtualisés sont pris en charge à condition que la communication soit bonne entre les différentes équipes techniques qui gèrent le projet. Cette prise en charge inclut l’équipe qui exécute AEM, l’équipe propriétaire du système d’exploitation et l’équipe gérant l’infrastructure virtualisée.

Les exigences particulières relatives à la capacité d’E/S des instances de MongoDB doivent être traitées par l’équipe gérant l’environnement virtualisé. Si le projet utilise un déploiement dans le cloud, tel qu’Amazon Web Services, les instances devront être configurées avec une capacité d’E/S et une cohérence suffisantes pour prendre en charge les instances de MongoDB. Dans le cas contraire, les processus de MongoDB et le référentiel Oak s’exécutent de manière non fiable et erratique.

Dans les environnements virtualisés, MongoDB nécessite des configurations d’E/S et de machine virtuelle spécifiques pour s’assurer que le moteur de stockage de MongoDB n’est pas paralysé par des politiques d’allocation de ressources VMWare. Une implémentation réussie garantit qu’il n’existe aucun obstacle entre les différentes équipes et que toutes sont connectées pour offrir les performances requises.

Considérations matérielles hardware-considerations

Stockage storage

Pour obtenir un débit de lecture et d’écriture optimal sans avoir à effectuer de mise à l’échelle horizontale prématurée, MongoDB a généralement besoin d’un stockage SSD ou d’un stockage avec des performances équivalentes au SSD.

Mémoire RAM ram

Les versions 2.6 et 3.0 de MongoDB qui utilisent le moteur de stockage MMAP nécessitent que le jeu de travail de la base de données et ses index correspondent à la mémoire RAM.

Une mémoire RAM insuffisante entraîne une dégradation importante des performances. La taille du jeu de travail et celle de la base de données dépendent largement de l’application. Bien que certaines estimations puissent être faites, le moyen le plus fiable de déterminer la quantité de RAM requise est de créer l’application AEM et de la tester en termes de charge.

Pour faciliter le processus de test de charge, le ratio suivant entre le jeu de travail et la taille totale de la base de données peut être supposé :

  • 1:10 pour un stockage sur SSD
  • 1:3 pour un stockage sur disque dur

Ces ratios signifient que, pour les déploiements sur SSD, 200 Go de RAM sont nécessaires pour une base de données de 2 To.

Bien que les mêmes limites s’appliquent au moteur de stockage WiredTiger dans MongoDB 3.0, la corrélation entre le jeu de travail, la RAM et les erreurs de page n’est pas si forte. WiredTiger n’utilise pas le mappage de mémoire de la même manière que le moteur de stockage MMAP.

NOTE
Adobe recommande d’utiliser le moteur de stockage WiredTiger pour les déploiements d’AEM 6.1 qui utilisent MongoDB 3.0.

Magasin de données data-store

En raison des limitations du jeu de travail MongoDB, il est recommandé que le magasin de données soit indépendant de MongoDB. Dans la plupart des environnements, un FileDataStore utilisant un NAS disponible pour toutes les instances AEM doit être utilisé. Pour les cas où Amazon Web Services est utilisé, il existe également un S3 DataStore. Si, pour une raison quelconque, le magasin de données est conservé dans MongoDB, sa taille doit être ajoutée à la taille totale de la base de données et les calculs du jeu de travail doivent être ajustés en conséquence. Ce dimensionnement peut impliquer d’allouer plus de RAM pour maintenir les performances sans erreurs de page.

Surveillance monitoring

La surveillance est essentielle pour une implémentation réussie du projet. Avec suffisamment de connaissances, il est possible d’exécuter AEM sur MongoDB sans surveillance. Toutefois, les personnes possédant ces connaissances sont habituellement des ingénieures et des ingénieurs spécialisés dans chaque section du déploiement.

Ces connaissances spécialisées impliquent généralement un ingénieur ou une ingénieure en R&D travaillant sur Apache Oak Core et une personne spécialisée sur MongoDB.

Sans surveillance à tous les niveaux, une connaissance approfondie de la base de code est nécessaire pour identifier les problèmes. Avec une surveillance en place et des conseils adaptés sur les principales statistiques, les équipes d’implémentation peuvent réagir de manière appropriée aux anomalies.

Bien qu’il soit possible d’utiliser des outils de ligne de commande pour obtenir un instantané rapide du fonctionnement d’un cluster, il s’avère presque impossible de le faire en temps réel sur de nombreux hôtes. Les outils de ligne de commande donnent rarement des informations d’historique au-delà de quelques minutes et ne permettent jamais la corrélation croisée entre différents types de mesures. Une brève période de synchronisation mongod en arrière-plan lente nécessite un effort manuel important pour corréler l’attente d’E/S ou des niveaux d’écriture excessifs à une ressource de stockage partagée d’une machine virtuelle apparemment non connectée.

MongoDB Cloud Manager mongodb-cloud-manager

MongoDB Cloud Manager est un service gratuit offert par MongoDB qui permet la surveillance et la gestion des instances de MongoDB. Il offre une visibilité en temps réel sur les performances et l’intégrité du cluster MongoDB. Il gère à la fois les instances hébergées dans le cloud et de manière privée, à condition que l’instance puisse atteindre le serveur de surveillance de Cloud Manager.

Il nécessite l’installation d’un agent sur l’instance MongoDB qui se connecte au serveur de surveillance. Il existe trois niveaux d’agent :

  • Un agent d’automatisation qui peut entièrement automatiser tout ce qui se trouve sur le serveur MongoDB.
  • Un agent de surveillance qui peut surveiller l’instance mongod.
  • Un agent de sauvegarde qui peut effectuer des sauvegardes planifiées des données.

Bien que l’utilisation de Cloud Manager pour l’automatisation de la maintenance d’un cluster MongoDB simplifie la plupart des tâches de routine, il n’est pas requis et son utilisation pour la sauvegarde ne l’est pas non plus. En choisissant Cloud Manager pour la surveillance, la surveillance est toutefois requise.

Pour plus d’informations sur MongoDB Cloud Manager, consultez la documentation de MongoDB.

MongoDB Ops Manager mongodb-ops-manager

MongoDB Ops Manager est le même logiciel que MongoDB Cloud Manager. Une fois enregistré, Ops Manager peut être téléchargé et installé localement dans un centre de données privé ou sur tout autre PC portable ou de bureau. Il utilise une base de données MongoDB locale pour stocker les données et communique de la même manière que Cloud Manager avec les serveurs gérés. Si vous avez des politiques de sécurité qui interdisent un agent de surveillance, il faut utiliser MongoDB Ops Manager.

Surveillance du système d’exploitation operating-system-monitoring

La surveillance au niveau du système d’exploitation est requise pour exécuter un cluster MongoDB d’AEM.

Ganglia constitue un bon exemple de ce type de système et donne une idée de l’éventail et du niveau de détail des informations requises, qui vont au-delà des indicateurs de santé de base comme le processeur, la charge moyenne et l’espace disque disponible. Pour diagnostiquer les problèmes, des informations de niveau inférieur telles que les niveaux du pool d’entropie, l’attente E/S du processeur, les sockets à l’état FIN_WAIT2 sont requises.

Agrégation des journaux log-aggregation

Avec un cluster de plusieurs serveurs, l’agrégation centralisée des journaux est nécessaire pour un système de production. Des logiciels comme Splunk prennent en charge l’agrégation des journaux et permettent aux équipes d’analyser les comportements de l’application sans avoir à collecter manuellement les journaux.

Listes de contrôle checklists

Cette section décrit les différentes étapes à suivre pour vous assurer que vos déploiements AEM et MongoDB sont correctement configurés avant l’implémentation de votre projet.

Réseau network

  1. Tout d’abord, assurez-vous que tous les hôtes ont une entrée DNS.
  2. Tous les hôtes doivent pouvoir être résolus par leur entrée DNS à partir de tous les autres hôtes routables.
  3. Tous les hôtes MongoDB sont routables à partir de tous les autres hôtes MongoDB d’un même cluster.
  4. Les hôtes MongoDB peuvent acheminer des paquets vers MongoDB Cloud Manager et les autres serveurs de surveillance.
  5. Les serveurs AEM peuvent acheminer des paquets vers tous les serveurs MongoDB.
  6. La latence des paquets entre un serveur AEM et un serveur MongoDB est inférieure à deux millisecondes, sans perte de paquets et une distribution standard d’une milliseconde ou moins.
  7. Assurez-vous qu’il n’y a pas plus de deux sauts entre un serveur AEM et un serveur MongoDB.
  8. Il n’y a pas plus de deux sauts entre deux serveurs MongoDB.
  9. Il n’existe aucun routeur supérieur à la couche 3 du modèle OSI entre les serveurs principaux (MongoDB ou AEM ou toute combinaison).
  10. Si vous utilisez le troncage VLAN ou toute autre forme de tunneling réseau, ces derniers doivent être conformes aux contrôles de latence des paquets.

Configuration AEM aem-configuration

Configuration du magasin de nœuds node-store-configuration

Les instances d’AEM doivent être configurées pour utiliser AEM avec MongoMK. La base de l’implémentation de MongoMK dans AEM est le magasin de nœuds de document.

Pour plus d’informations sur la configuration des magasins de nœuds, voir Configuration des magasins de nœuds et de données dans AEM.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de configuration du magasin de nœuds de document pour un déploiement MongoDB minimal :

# org.apache.jackrabbit.oak.plugins.document.DocumentNodeStoreService.config
#MongoDB server details
mongodburi=mongodb://aem:aempassword@mongodbserver1.customer.com:27000,mongodbserver2.customer.com:27000

#Name of MongoDB database to use
db=aem

#Store binaries in custom BlobStore for example, FileDataStore
customBlobStore=true

cache=2048
blobCacheSize=1024

Où :

  • mongodburi
    Le serveur MongoDB auquel AEM doit se connecter. Les connexions sont établies avec tous les membres connus de l’ensemble de répliques par défaut. Si MongoDB Cloud Manager est utilisé, la sécurité du serveur est activée. Par conséquent, la chaîne de connexion doit contenir un nom d’utilisateur et un mot de passe appropriés. Les versions non professionnelles de MongoDB prennent uniquement en charge l’authentification par nom d’utilisateur et mot de passe. Pour plus d’informations sur la syntaxe de la chaîne de connexion, consultez la documentation.

  • db
    Le nom de la base de données. Celui par défaut pour AEM est aem-author.

  • customBlobStore
    Si le déploiement stocke les fichiers binaires dans la base de données, ils feront partie du jeu de travail. Pour cette raison, il est conseillé de ne pas stocker les fichiers binaires dans MongoDB et de choisir un autre magasin de données tel qu’un magasin de données FileSystem sur un NAS.

  • cache
    Taille du cache en Mo. Cet espace est réparti entre les différents caches utilisés dans le DocumentNodeStore. La valeur par défaut est 256 Mo. Toutefois, les performances de lecture Oak bénéficient d’un cache plus grand.

  • blobCacheSize
    Les blobs fréquemment utilisés peuvent être mis en cache par AEM pour éviter de les récupérer dans le magasin de données. Cela a un impact plus important sur les performances, en particulier lors du stockage des blobs dans la base de données MongoDB. Tous les magasins de données basés sur le système de fichiers bénéficient du cache disque au niveau du système d’exploitation.

Configuration du magasin de données data-store-configuration

Le magasin de données sert à stocker des fichiers dont la taille dépasse un certain seuil. En dessous de ce seuil, les fichiers sont stockés en tant que propriétés dans le magasin de nœuds de document. Si le MongoBlobStore est utilisé, une collection dédiée est créée dans MongoDB pour stocker les blobs. Cette collection contribue au jeu de travail de l’instance mongod et requiert que mongod dispose de plus de RAM pour éviter les problèmes de performance. C’est pour cela que nous recommandons d’éviter d’utiliser le MongoBlobStore pour les déploiements d’exploitation et d’utiliser FileDataStore avec un NAS partagé entre toutes les instances AEM. Comme le cache au niveau du système d’exploitation est efficace pour gérer les fichiers, la taille minimale d’un fichier sur le disque doit être proche de la taille du bloc du disque. Cela permet de s’assurer que le système de fichiers est utilisé de manière efficace et que de nombreux petits documents ne contribuent pas excessivement au jeu de travail de l’instance mongod.

Voici une configuration classique de magasin de données pour un déploiement d’AEM minimal avec MongoDB :

# org.apache.jackrabbit.oak.plugins.blob.datastore.FileDataStore.config
# The minimum size of an object that should be stored in this data store.
minRecordLength=4096
path=/datastore
maxCachedBinarySize=4096
cacheSizeInMB=128

Où :

  • minRecordLength
    Taille en octets. Les fichiers binaires inférieurs ou égaux à cette taille sont stockés dans le magasin de nœuds de document. Le contenu du fichier binaire est stocké à la place de l’ID du blob. Si les fichiers binaires sont supérieurs à cette taille, l’ID du fichier binaire est stocké en tant que propriété du document dans la collection de nœuds. Et le corps du fichier binaire est stocké dans le FileDataStore sur le disque. La taille de bloc du système de fichiers est généralement de 4 096 octets.

  • path
    Chemin d’accès à la racine du magasin de données. Pour un déploiement MongoMK, il doit s’agir d’un système de fichiers partagé disponible pour toutes les instances AEM. Généralement, un serveur NAS (Network Attached Storage) est utilisé. Pour les déploiements cloud tels que Amazon Web Services, le S3DataFileStore est également disponible.

  • cacheSizeInMB
    Taille totale du cache des fichiers binaires en mégaoctets. Il est utilisé pour mettre en cache des fichiers binaires inférieurs au paramètre maxCacheBinarySize.

  • maxCachedBinarySize
    Taille maximale en octets d’un fichier binaire mis en cache dans le cache des fichiers binaires. Si un magasin de données basé sur un système de fichiers est utilisé, il n’est pas recommandé d’utiliser des valeurs élevées pour le cache du magasin de données, car les fichiers binaires sont déjà mis en cache par le système d’exploitation.

Désactiver l’indicateur de requête disabling-the-query-hint

Il est recommandé de désactiver l’indicateur de requête envoyé avec toutes les requêtes en ajoutant la propriété -Doak.mongo.disableIndexHint=true lorsque vous lancez AEM. Cela garantit que MongoDB calcule l’index le plus approprié à utiliser en fonction des statistiques internes.

Si l’indicateur de requête n’est pas désactivé, l’optimisation des performances des index n’a aucun impact sur les performances d’AEM.

Activer le cache persistant pour MongoMK enable-persistent-cache-for-mongomk

Il est recommandé d’activer une configuration de cache persistante pour les déploiements de MongoDB, afin de maximiser la vitesse pour les environnements présentant de hautes performances de lecture d’E/S. Pour plus d’informations, voir la documentation Jackrabbit Oak.

Optimisations du système d’exploitation MongoDB mongodb-operating-system-optimizations

Prise en charge du système d’exploitation operating-system-support

MongoDB 2.6 utilise un moteur de stockage mappé en mémoire sensible à certains aspects de la gestion au niveau du système d’exploitation entre la mémoire RAM et le disque. Les performances de requête et de lecture de l’instance MongoDB reposent sur la possibilité d’éviter ou d’éliminer les opérations d’E/S lentes, souvent appelées erreurs de page. Ces erreurs de page s’appliquent en particulier au processus mongod. Ne les confondez pas avec les erreurs de page au niveau du système d’exploitation.

Pour un fonctionnement rapide, la base de données MongoDB ne doit accéder qu’aux données déjà dans la RAM. Les données auxquelles elle doit accéder sont composées d’index et de données. Cette collection d’index et de données est appelée « jeu de travail ». Lorsque le jeu de travail est plus volumineux que la RAM disponible, MongoDB doit paginer ces données à partir du disque, ce qui entraîne un coût d’E/S et évince d’autres données déjà en mémoire. Si cette éviction entraîne le rechargement des données à partir du disque, les erreurs de page dominent et les performances se dégradent. Lorsque le jeu de travail est dynamique et variable, d’autres erreurs de page sont générées pour prendre en charge les opérations.

MongoDB s’exécute sur plusieurs systèmes d’exploitation, notamment un large éventail de versions Linux®, Windows et macOS. Voir https://docs.mongodb.com/manual/installation/#supported-platforms pour plus d’informations. Selon le choix de votre système d’exploitation, MongoDB propose différentes recommandations au niveau du système d’exploitation. Ces dernières sont documentées à l’adresse https://docs.mongodb.com/manual/administration/production-checklist-operations/#operating-system-configuration et résumées ici pour plus de commodité.

Linux® linux

  • Désactivez les paramètres Transparent Huge Pages et défragmentez. Voir Paramètres Transparent Huge Pages pour plus d’informations.

  • Réglez les paramètres de lecture anticipée sur les périphériques qui stockent vos fichiers de base de données afin que vous puissiez les adapter à votre cas d’utilisation.

    • Pour le moteur de stockage MMAPv1, si votre jeu de travail est plus volumineux que la RAM disponible et que le modèle d’accès aux documents est aléatoire, envisagez de réduire la lecture anticipée à 32 ou 16. Évaluez différents paramètres afin de trouver une valeur optimale qui optimise la mémoire résidente et réduit le nombre d’erreurs de page.
    • Pour le moteur de stockage WiredTiger, définissez la lecture anticipée sur 0, quel que soit le type de support de stockage (tournant, SSD, etc.). En règle générale, utilisez le paramètre de lecture anticipée recommandé à moins que les tests ne présentent un avantage mesurable, répétable et fiable dans une valeur de lecture anticipée plus élevée. La prise en charge professionnelle de MongoDB peut fournir des conseils sur les configurations de lecture anticipée non nulles.
  • Désactivez l’outil optimisé si vous exécutez RHEL 7/CentOS 7 dans un environnement virtuel.

  • Lorsque RHEL 7/CentOS 7 s’exécute dans un environnement virtuel, l’outil optimisé appelle automatiquement un profil de performance dérivé du débit de performances, qui définit automatiquement les paramètres de lecture anticipée à 4 Mo. Ce paramètre peut avoir un impact négatif sur les performances.

  • Utilisez les planificateurs de disque noop ou de date limite pour les lecteurs SSD.

  • Utilisez le planificateur de disque noop pour les lecteurs virtualisés dans les machines virtuelles invitées.

  • Désactivez NUMA ou définissez vm.zone_reclaim_mode sur 0 et exécutez les instances mongod avec entrelacement des nœuds. Pour plus d’informations, voir MongoDB and NUMA Hardware (MongoDB et matériel NUMA).

  • Ajustez les valeurs ulimit de votre matériel afin qu’elles correspondent à votre cas d’utilisation. Si plusieurs instances mongod ou mongos sont exécutées avec le même utilisateur ou la même utilisatrice, dimensionnez les valeurs ulimit en conséquence. Consultez la section Paramètres ulimit sous UNIX® pour plus d’informations.

  • Utilisez noatime pour le point de montage dbPath.

  • Configurez un nombre suffisant de handles de fichier (fs.file-max), une limite d’identifiants PID de noyau (kernel.pid_max) et un nombre maximal de threads par processus (kernel.threads-max) pour votre déploiement. Pour les systèmes volumineux, les valeurs suivantes constituent un bon point de départ :

    • fs.file-max : valeur définie sur 98000,
    • kernel.pid_max : valeur définie sur 64000,
    • andkernel.threads-max : valeur définie sur 64000.
  • Assurez-vous que votre système dispose d’assez d’espace d’échange. Pour plus d’informations sur la quantité nécessaire, consultez la documentation de votre système d’exploitation.

  • Assurez-vous que la valeur du message TCP keepalive par défaut du système est correctement définie. Une valeur de 300 offre souvent de meilleures performances pour les ensembles de répliques et les clusters partitionnés. Consultez l’article La durée de TCP keepalive affecte-t-elle les déploiements de MongoDB ? dans les questions fréquentes pour obtenir plus d’informations.

Windows windows

  • Envisagez de désactiver les mises à jour « Heure du dernier accès » NTFS. Ce paramètre est analogue à la désactivation d’atime sur les systèmes de type Unix.

WiredTiger wiredtiger

Depuis MongoDB 3.2, le moteur de stockage par défaut pour MongoDB est le moteur de stockage WiredTiger. Grâce à ses fonctionnalités robustes et évolutives, ce moteur accepte les charges de travail générales des bases de données sans rechigner. Les sections suivantes décrivent ces fonctionnalités.

Simultanéité au niveau des documents document-level-concurrency

WiredTiger utilise un contrôle de simultanéité au niveau des documents pour les opérations d’écriture. Par conséquent, plusieurs clientes et clients peuvent modifier simultanément différents documents d’une collection.

Pour la plupart des opérations de lecture et d’écriture, WiredTiger utilise un contrôle de simultanéité optimiste. WiredTiger utilise uniquement des verrous d’intention au niveau global, de la base de données et de la collection. Lorsque le moteur de stockage détecte des conflits entre deux opérations, l’une d’entre elles génère un conflit d’écriture, ce qui conduit MongoDB à réessayer l’opération de manière transparente. Certaines opérations globales, généralement des opérations de courte durée impliquant plusieurs bases de données, nécessitent toujours un verrou global à l’échelle de l’instance.

D’autres opérations, telles que l’abandon d’une collection, nécessitent toujours un verrou de base de données exclusif.

Instantanés et points de contrôle snapshots-and-checkpoints

WiredTiger utilise la méthode MVCC (MultiVersion Concurrency Control). Au début d’une opération, WiredTiger fournit un instantané ponctuel des données à la transaction. Un instantané présente une vue cohérente des données en mémoire.

Lors d’une opération d’écriture sur le disque, WiredTiger écrit toutes les données de l’instantané de manière cohérente parmi tous les fichiers de données. Les données désormais durables font office de point de contrôle dans les fichiers de données. Le point de contrôle permet de s’assurer que les fichiers de données sont cohérents jusqu’au dernier point de contrôle inclus. En d’autres termes, les points de contrôle peuvent agir comme des points de récupération.

MongoDB configure WiredTiger de façon à créer des points de contrôle (c’est-à-dire écrire les données des instantanés sur le disque) à intervalles de 60 secondes ou de 2 Go de données de journal.

Lors de l’écriture d’un nouveau point de contrôle, le point de contrôle précédent est toujours valide. Ainsi, même si MongoDB s’arrête ou rencontre une erreur lors de l’écriture d’un nouveau point de contrôle, au redémarrage, MongoDB peut récupérer le dernier point de contrôle valide.

Le nouveau point de contrôle devient accessible et permanent lorsque le tableau des métadonnées de WiredTiger est automatiquement mis à jour pour faire référence au nouveau point de contrôle. Une fois le nouveau point de contrôle accessible, WiredTiger libère les pages des anciens points de contrôle.

En utilisant WiredTiger, même si la journalisation est désactivée, MongoDB peut récupérer le dernier point de contrôle. Toutefois, pour récupérer les modifications apportées après le dernier point de contrôle, activez la journalisation.

Journal journal

WiredTiger utilise une connexion des transactions à écriture anticipée parallèlement à des points de contrôle pour garantir la durabilité des données.

Le journal de WiredTiger conserve toutes les modifications de données effectuées entre les points de contrôle. Si MongoDB se ferme entre les points de contrôle, il utilise le journal pour relire toutes les données modifiées depuis le dernier point de contrôle. Pour plus d’informations sur la fréquence à laquelle MongoDB écrit les données de journal sur le disque, voir Processus de journalisation.

Le journal WiredTiger est compressé à l’aide de la bibliothèque de compression Snappy. Pour spécifier un autre algorithme de compression ou aucune compression, utilisez le réglage storage.wiredTiger.engineConfig.journalCompressor.

Voir Journalisation avec WiredTiger.

NOTE
La taille minimale d’enregistrement du journal pour WiredTiger est de 128 octets. Si un enregistrement de journal est inférieur ou égal à 128 octets, il n’est pas compressé par WiredTiger.
Vous pouvez désactiver la journalisation en définissant storage.journal.enabled sur « false », ce qui peut alléger la charge de travail liée à la gestion du journal.
Pour les instances autonomes, si vous n’utilisez pas le journal, vous perdez certaines modifications de données lorsque MongoDB se ferme de manière inattendue entre les points de contrôle. Pour les membres d’ensembles de répliques, le processus de réplication peut fournir des garanties de durabilité suffisantes.

Compression compression

Avec WiredTiger, MongoDB prend en charge la compression pour toutes les collections et tous les index. La compression réduit l’utilisation du stockage, mais l’utilisation du processeur augmente.

Par défaut, WiredTiger utilise la compression par bloc avec la bibliothèque de compression snappy pour toutes les collections et la compression par préfixe pour tous les index.

Pour les collections, la compression par bloc avec zlib est également disponible. Pour spécifier un autre algorithme de compression ou aucune compression, utilisez le réglage storage.wiredTiger.collectionConfig.blockCompressor.

Dans le cas des index, pour désactiver la compression par préfixe, utilisez le paramètre storage.wiredTiger.indexConfig.prefixCompression.

Les paramètres de compression peuvent également être configurés par collection et par index lors de la création de la collection et de l’index. Voir Définition des options du moteur de stockage et l’option storageEngine db.collection.createIndex().

Pour la plupart des charges de travail, les paramètres de compression par défaut équilibrent l’efficacité du stockage et les exigences de traitement.

Le journal WiredTiger est également compressé par défaut. Pour plus d’informations sur la compression des journaux, voir Journal.

Utilisation de la mémoire memory-use

Avec WiredTiger, MongoDB utilise le cache interne de WiredTiger et le cache du système de fichiers.

À partir de la version 3.4, le cache interne de WiredTiger utilise par défaut la plus grande de l’une des options suivantes :

  • 50 % de RAM moins 1 Go, ou
  • 256 Mo

Par défaut, WiredTiger utilise la compression par bloc Snappy pour toutes les collections et la compression par préfixe pour tous les index. Vous pouvez configurer les valeurs par défaut de compression à un niveau global ou par collection et par index lors de la création de la collection et de l’index.

Différentes représentations sont utilisées pour les données dans le cache interne de WiredTiger par rapport au format sur le disque :

  • Les données du cache du système de fichiers sont identiques au format sur le disque, notamment les avantages de toute compression de fichiers de données. Le cache du système de fichiers est utilisé par le système d’exploitation pour réduire les E/S du disque.

Les index chargés dans le cache interne de WiredTiger ont une représentation des données différente du format sur le disque, mais peuvent toujours tirer parti de la compression par préfixe d’index pour réduire l’utilisation de la RAM.

La compression par préfixe d’index déduplique les préfixes courants à partir de champs indexés.

Les données de collection du cache interne de WiredTiger sont décompressées et utilisent une représentation différente du format sur le disque. La compression par bloc peut permettre d’importantes économies de stockage sur le disque, mais les données doivent être décompressées pour être manipulées par le serveur.

MongoDB utilise automatiquement toute la mémoire libre qui n’est pas utilisée par le cache de WiredTiger ou par d’autres processus via le cache du système de fichiers.

Pour ajuster la taille du cache interne de WiredTiger, voir storage.wiredTiger.engineConfig.cacheSizeGB et –wiredTigerCacheSizeGB. Évitez d’augmenter la taille du cache interne de WiredTiger au-dessus de sa valeur par défaut.

NUMA numa

Le NUMA (Non Uniform Memory Access) permet à un noyau de gérer la façon dont la mémoire est mappée aux cœurs du processeur. Bien que l’accès à la mémoire puisse être potentiellement plus rapide pour les cœurs grâce à un accès aux données requises, le NUMA interfère avec MMAP en introduisant une latence supplémentaire, car les lectures ne peuvent pas être prédites. Par conséquent, le NUMA doit être désactivé pour le processus mongod sur tous les systèmes d’exploitation performants.

Essentiellement, dans une architecture NUMA, la mémoire est connectée aux processeurs et les processeurs sont connectés à un bus. Dans une architecture SMP ou UMA, la mémoire est connectée au bus et partagée par les processeurs. Lorsqu’un thread alloue de la mémoire sur un processeur NUMA, il l’alloue selon une politique. Par défaut, la mémoire est allouée au processeur local du thread, sauf s’il n’y a pas de processeur libre. Dans ce cas, il utilise la mémoire d’un processeur libre à un coût plus élevé. Une fois allouée, la mémoire ne passe pas d’un processeur à l’autre. L’allocation est effectuée par une politique héritée du thread parent, c’est-à-dire le thread qui a démarré le processus.

Dans de nombreuses bases de données qui considèrent l’ordinateur comme une architecture de mémoire multi-cœurs uniforme, ce scénario entraîne d’abord le remplissage du processeur initial et ensuite le remplissage du processeur secondaire. C’est particulièrement vrai si un thread central est responsable de l’allocation des tampons mémoire. La solution consiste à modifier la politique NUMA du thread principal utilisé pour lancer le processus mongod en exécutant la commande suivante :

numactl --interleaved=all <mongod> -f config

Cette politique alloue la mémoire de manière séquentielle sur tous les nœuds de l’unité centrale, ce qui garantit une distribution égale sur tous les nœuds. Elle ne génère pas un accès le plus performant à la mémoire, contrairement aux systèmes dotés de plusieurs processeurs. Environ la moitié des opérations de mémoire sont plus lentes et sont exécutées sur le bus, mais mongod n’a pas été écrit pour cibler NUMA de manière optimale, il s’agit donc d’un compromis raisonnable.

Problèmes liés à l’accès NUMA numa-issues

Si le processus mongod est démarré à partir d’un emplacement autre que le dossier /etc/init.d, il est probable qu’il ne soit pas démarré avec une politique NUMA adéquate. En fonction de la politique par défaut, des problèmes peuvent survenir. Cela est dû au fait que les différents programmes d’installation des gestionnaires de packages de Linux® pour MongoDB installent également un service avec des fichiers de configuration situés dans /etc/init.d qui effectuent l’étape décrite ci-dessus. Si vous installez et exécutez MongoDB directement à partir d’une archive (.tar.gz), vous devrez exécuter manuellement mongod sous le processus numactl.

NOTE
Pour plus d’informations sur les stratégies NUMA disponibles, consultez la documentation numactl.

Le processus MongoDB se comporte différemment selon les différentes politiques d’allocation :

  • -membind=<nodes>
    Alloue de la mémoire seulement sur les nœuds répertoriés. Mongod n’alloue pas de mémoire sur les nœuds répertoriés et ne peut pas utiliser toute la mémoire disponible.

  • -cpunodebind=<nodes>
    S’exécute uniquement sur les nœuds. Mongod ne s’exécute que sur les nœuds spécifiés et utilise exclusivement la mémoire disponible sur ces nœuds.

  • -physcpubind=<nodes>
    S’exécute uniquement sur les processeurs (cœurs) répertoriés. Mongod ne s’exécute que sur les processeurs répertoriés et n’utilise que la mémoire disponible sur ces processeurs.

  • --localalloc
    Alloue toujours de la mémoire sur le nœud actuel, mais utilise tous les nœuds sur lesquels le thread s’exécute. Si un thread effectue une allocation, seule la mémoire disponible pour ce processeur est utilisée.

  • --preferred=<node>
    Privilégie l’allocation à un nœud, mais revient à d’autres si le nœud préféré est saturé. Une notation relative pour définir un nœud peut être utilisée. En outre, les threads s’exécutent sur tous les nœuds.

Certaines des politiques peuvent entraîner une allocation inférieure à toute la RAM disponible au processus mongod. Contrairement à MySQL, MongoDB évite activement la pagination au niveau du système d’exploitation, et, par conséquent, le processus mongod peut bénéficier d’une quantité de mémoire disponible inférieure à celle apparemment disponible.

Permutation swapping

En raison de la grande quantité de mémoire des bases de données, la permutation au niveau du système d’exploitation doit être désactivée. Par défaut, le processus MongoDB évite la permutation.

Systèmes de fichiers distants remote-filesystems

Les systèmes de fichiers distants comme NFS ne sont pas recommandés pour les fichiers de données internes de MongoDB (fichiers de base de données de processus mongod), car ils induisent une latence trop importante. Ne pas confondre avec le système de fichiers partagé requis pour le stockage d’Oak Blob (FileDataStore), où NFS est recommandé.

Lecture anticipée read-ahead

Réglez la lecture anticipée de sorte que lorsqu’une page est paginée en utilisant une lecture aléatoire, les blocs inutiles ne sont pas lus à partir du disque. De tels résultats signifient une consommation inutile de bande passante des E/S.

Configuration requise pour Linux® linux-requirements

Versions minimales du noyau minimum-kernel-versions

  • 2.6.23 pour les fichiers système ext4

  • 2.6.25 pour les fichiers système xfs

Paramètres recommandés pour les disques de base de données recommended-settings-for-database-disks

Désactiver atime

Il est recommandé de désactiver atime pour les disques qui contiennent les bases de données.

Définir le planificateur de disque NOOP

Procédez comme suit :

Tout d’abord, vérifiez le planificateur d’E/S défini en exécutant la commande suivante :

cat /sys/block/sdg/queue/scheduler

Si la réponse est noop, il n’y a rien d’autre à faire.

Si NOOP n’est pas le planificateur d’E/S configuré, vous pouvez le modifier en exécutant :

echo noop > /sys/block/sdg/queue/scheduler

Ajuster la valeur de lecture anticipée

Il est recommandé d’utiliser la valeur 32 pour les disques sur lesquels s’exécutent les bases de données MongoDB. Cette valeur équivaut à 16 Ko. Vous pouvez la définir en exécutant les opérations suivantes :

sudo blockdev --setra <value> <device>

Activer NTP enable-ntp

Vérifiez que NTP est installé et en cours d’exécution sur la machine hébergeant les bases de données MongoDB. Par exemple, vous pouvez l’installer en utilisant le gestionnaire de packages yum sur une machine CentOS :

sudo yum install ntp

Une fois le démon NTP installé et démarré correctement, vous pouvez vérifier le décalage horaire de votre serveur dans le fichier de dérive.

Désactiver Transparent Huge Pages disable-transparent-huge-pages

Red Hat® Linux® utilise un algorithme de gestion de la mémoire appelé Transparent Huge Pages (THP). Il est recommandé de désactiver cette option si vous utilisez le système d’exploitation pour les charges de travail de la base de données.

Vous pouvez le désactiver en suivant la procédure ci-dessous :

  1. Ouvrez le fichier /etc/grub.conf dans l’éditeur de texte de votre choix.

  2. Ajoutez la ligne suivante au fichier grub.conf :

    code language-xml
    transparent_hugepage=never
    
  3. Enfin, vérifiez si le paramètre a été appliqué en exécutant :

    code language-shell
    cat /sys/kernel/mm/redhat_transparent_hugepage/enabled
    

    Si THP est désactivé, la sortie de la commande ci-dessus doit être :

    code language-xml
    always madvise [never]
    
NOTE
Pour plus d’informations sur Transparent Huge Pages, consultez cet article.

Désactiver NUMA disable-numa

Dans la plupart des installations où NUMA est activé, le démon MongoDB le désactive automatiquement s’il est exécuté en tant que service à partir du dossier /etc/init.d.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez désactiver NUMA au niveau de chaque processus. Pour le désactiver, exécutez les commandes suivantes :

numactl --interleave=all <path_to_process>

<path_to_process> est le chemin d’accès au processus mongod.

Ensuite, désactivez la récupération de zone en exécutant :

echo 0 > /proc/sys/vm/zone_reclaim_mode

Adapter les paramètres ulimit au processus mongod tweak-the-ulimit-settings-for-the-mongod-process

Linux® permet un contrôle configurable de l’allocation des ressources via la commande ulimit. Cette configuration peut être effectuée par utilisateur ou utilisatrice ou par processus.

Il est recommandé de configurer ulimit pour le processus mongod en fonction des Paramètres ulimit MongoDB recommandés.

Tester les performances d’E/S de MongoDB test-mongodb-i-o-performance

MongoDB fournit un outil appelé mongoperf conçu pour tester les performances d’E/S. Il est conseillé de l’utiliser pour tester les performances de toutes les instances de MongoDB qui composent votre infrastructure.

Pour plus d’informations sur l’utilisation de mongoperf, consultez la documentation MongoDB.

NOTE
mongoperf est un indicateur des performances de MongoDB sur la plateforme sur laquelle il est exécuté. Pour cette raison, les résultats ne doivent pas être considérés comme définitifs en ce qui concerne les performances d’un système d’exploitation.
Pour des résultats de performances plus précis, vous pouvez exécuter des tests complémentaires avec l’outil Linux® fio.

Tester les performances de lecture sur les machines virtuelles qui composent votre déploiement

Après avoir installé l’outil, basculez vers le répertoire de base de données de MongoDB pour effectuer les tests. Ensuite, lancez le premier test en exécutant mongoperf avec la configuration suivante :

echo "{nThreads:32,fileSizeMB:1000,r:true}" | mongoperf

La sortie souhaitée devrait atteindre deux gigaoctets par seconde (2 Go/s) et 500 000 opérations d’E/S par seconde (IOPS) s’exécutant à 32 threads pour toutes les instances de MongoDB.

Exécutez un deuxième test, cette fois avec des fichiers mappés en mémoire, en définissant le paramètre mmf:true :

echo "{nThreads:32,fileSizeMB:1000,r:true,mmf:true}" | mongoperf

La sortie du second test devrait être considérablement plus élevée que la première, indiquant les performances du transfert mémoire.

NOTE
Lorsque vous effectuez les tests, vérifiez les statistiques d’utilisation des E/S pour les machines virtuelles en question dans votre système de surveillance du système d’exploitation. Si elles indiquent des valeurs inférieures à 100 % pour les lectures d’E/S, il se peut qu’il y ait un problème avec votre machine virtuelle.

Tester les performances d’écriture de l’instance MongoDB principale

Ensuite, vérifiez les performances d’écriture d’E/S de l’instance MongoDB principale en exécutant mongoperf à partir du répertoire de base de données MongoDB avec les mêmes paramètres :

echo "{nThreads:32,fileSizeMB:1000,w:true}" | mongoperf

La sortie souhaitée doit être de 12 mégaoctets par seconde et atteindre environ 3 000 IOPS, avec peu de variation entre le nombre de threads.

Étapes pour les environnements virtualisés steps-for-virtualised-environments

VMWare vmware

Si vous utilisez VMWare ESX pour gérer et déployer vos environnements virtualisés, veillez à définir les paramétrages suivants à partir de la console ESX afin de prendre en charge les opérations de MongoDB :

  1. Désactivez la création de bulle de mémoire.

  2. Pré-allouez et réservez de la mémoire pour les machines virtuelles qui hébergent les bases de données de MongoDB.

  3. Utilisez le contrôle d’E/S de stockage pour allouer suffisamment d’E/S au processus mongod.

  4. Garantissez les ressources de processeur des machines hébergeant MongoDB en définissant la réservation de processeur.

  5. Envisagez d’utiliser des pilotes d’E/S ParaVirtual. Voir cet article de la base de connaissances.

Amazon Web Services amazon-web-services

Pour plus d’informations sur la configuration de MongoDB avec Amazon Web Services, consultez l’article Configuration de l’intégration d’AWS sur le site Web de MongoDB.

Sécurisation de MongoDB avant le déploiement securing-mongodb-before-deployment

Voir cette publication sur le déploiement sécurisé de MongoDB pour obtenir des conseils sur la manière de sécuriser la configuration de vos bases de données avant le déploiement.

Dispatcher dispatcher

Choisir le système d’exploitation pour le Dispatcher choosing-the-operating-system-for-the-dispatcher

Pour servir correctement votre déploiement MongoDB, le système d’exploitation qui héberge le Dispatcher doit exécuter Apache httpd version 2.4 ou ultérieure.

Assurez-vous également que toutes les bibliothèques utilisées dans votre version sont à jour afin de minimiser les risques de sécurité.

Configuration du Dispatcher dispatcher-configuration

Une configuration type de Dispatcher diffuse entre 10 et 20 fois plus de débit de requête d’une seule instance AEM.

Comme le Dispatcher est sans état, il peut être facilement redimensionné horizontalement. Dans certains cas, l’accès des auteurs et des autrices à certaines ressources doit être limité. Il est recommandé d’utiliser un Dispatcher avec les instances de création.

L’exécution d’AEM sans un Dispatcher nécessite que la terminaison SSL et l’équilibrage de la charge soient effectués par une autre application. Ceci est nécessaire car les sessions doivent avoir une affinité avec l’instance AEM sur laquelle elles ont été créées, concept connu sous le nom de « connexions persistantes ». Le but est de s’assurer que les mises à jour du contenu présentent un temps de latence minimal.

Consultez la documentation du dispatcher pour plus d’informations sur la façon de le configurer.

Configuration supplémentaire additional-configuration

Connexions persistantes sticky-connections

Les connexions persistantes garantissent que les pages personnalisés et données de session d’un utilisateur sont toutes composées sur la même instance d’AEM. Ces données sont stockées sur l’instance, de sorte que les requêtes suivantes du même utilisateur ou de la même utilisatrice retournent à la même instance.

Il est recommandé d’activer les connexions persistantes pour toutes les requêtes de routage des couches internes vers les instances AEM, en encourageant les requêtes suivantes à atteindre la même instance AEM. Cela permet de minimiser la latence qui est autrement perceptible lorsque le contenu est mis à jour entre les instances.

Durée d’expritaion longue long-expires

Par défaut, le contenu envoyé à partir d’un Dispatcher AEM comporte des en-têtes Last-Modified et ETag, sans indication de l’expiration du contenu. Ce flux permet de s’assurer que l’interface utilisateur obtient toujours la dernière version de la ressource. Cela signifie également que le navigateur effectue une opération GET pour voir si la ressource a changé. Par conséquent, cela peut entraîner plusieurs demandes auxquelles la réponse HTTP est 304 (non modifié), en fonction du chargement de la page. Pour les ressources qui n’expirent pas, la définition d’un en-tête Expires et la suppression des en-têtes Last-Modified et ETag entraînent la mise en cache du contenu. De plus, aucune autre demande de mise à jour n’est effectuée tant que la date de l’en-tête Expires n’est pas atteinte.

Toutefois, l’utilisation de cette méthode signifie qu’il n’existe aucun moyen raisonnable de provoquer l’expiration de la ressource dans le navigateur avant celle de l’en-tête Expires. Pour réduire ce workflow, HtmlClientLibraryManager peut être configuré pour utiliser des URL non modifiables pour les bibliothèques clientes.

Il est garanti que ces URL ne changent pas. Lorsque le corps de la ressource contenue dans l’URL est modifié, les modifications sont répercutées dans l’URL, ce qui garantit que le navigateur demandera la version correcte de la ressource.

La configuration par défaut ajoute un sélecteur au HtmlClientLibraryManager. En tant que sélecteur, la ressource est mise en cache dans le Dispatcher en conservant le sélecteur intact. Ce sélecteur peut également être utilisé pour garantir le comportement correct de l’expiration. Le sélecteur par défaut suit le motif lc-.*?-lc. Les directives de configuration Apache httpd suivantes garantissent que toutes les requêtes correspondant à ce motif sont traitées avec un délai d’expiration approprié.

Header set Expires "Tue, 20 Jan 2037 04:20:42 GMT" "expr=(%{REQUEST_STATUS} -eq 200) && (%{REQUEST_URI} =~ /.*lc-.*?-lc.*/)"
Header set Cache-Control "public, no-transform, max-age=267840000" "expr=(%{REQUEST_STATUS} -eq 200) && (%{REQUEST_URI} =~ /.*lc-.*?-lc.*/)"
Header unset ETag "expr=(%{REQUEST_STATUS} -eq 200) && (%{REQUEST_URI} =~ /.*lc-.*?-lc.*/)"
Header unset Last-Modified "expr=(%{REQUEST_STATUS} -eq 200) && (%{REQUEST_URI} =~ /.*lc-.*?-lc.*/)"
Header unset Pragma "expr=(%{REQUEST_STATUS} -eq 200) && (%{REQUEST_URI} =~ /.*lc-.*?-lc.*/)"

Sans reniflement no-sniff

Lorsque le contenu est envoyé sans type de contenu, de nombreux navigateurs tentent de deviner le type de contenu en lisant les premiers octets du contenu. Cette méthode est appelée le « sniffing », ou reniflement. Le reniflement ouvre une vulnérabilité de sécurité, car les utilisateurs et utilisatrices qui peuvent écrire dans le référentiel peuvent charger du contenu malveillant sans type de contenu.

Pour cette raison, il est conseillé d’ajouter un en-tête no-sniff aux ressources utilisées par le Dispatcher. Cependant, le Dispatcher ne met pas en cache les en-têtes. Ainsi, le type de contenu d’un contenu diffusé à partir du système de fichiers local est déterminé par son extension, plutôt que par l’utilisation de l’en-tête content-type d’origine de son serveur AEM d’origine.

L’option sans reniflement peut être activée en toute sécurité si l’application web est connue pour ne jamais fournir de ressources mises en cache sans type de fichier.

Vous pouvez activer l’option sans reniflement de manière inclusive :

Header set X-Content-Type-Options "nosniff"

Elle peut également être activée de manière sélective :

RewriteCond %{REQUEST_URI} \.(?:js|jsonp)$ [OR]
RewriteCond %{QUERY_STRING} (callback|jsonp|cb)=\w+
RewriteRule .* - [E=jsonp_request:1]
Header set X-Content-Type-Options "nosniff"  env=jsonp_request
Header setifempty Content-Type application/javascript env=jsonp_request

Politique de sécurité du contenu content-security-policy

Les paramètres du Dispatcher par défaut permettent de définir une politique de sécurité du contenu (CSP) ouverte. Ces paramètres permettent à une page de charger des ressources à partir de tous les domaines soumis aux politiques par défaut de la sandbox du navigateur.

Il est souhaitable de limiter l’emplacement de chargement des ressources pour éviter de charger du code dans le moteur JavaScript à partir de serveurs étrangers non approuvés ou non vérifiés.

La CSP permet d’affiner les politiques. Toutefois, dans une application complexe, les en-têtes CSP doivent être développés avec soin, car les politiques trop restrictives peuvent rompre certaines parties de l’interface utilisateur.

NOTE
Pour plus d’informations sur son fonctionnement, voir Page OWASP sur la politique de sécurité du contenu.

Dimensionnement sizing

Pour plus d’informations sur le dimensionnement, voir Instructions de dimensionnement du matériel.

Optimisation des performances de MongoDB mongodb-performance-optimization

Pour obtenir des informations génériques sur les performances de MongoDB, voir Analyse des performances de MongoDB.

Limites connues known-limitations

Installations simultanées concurrent-installations

MongoMK prend en charge l’utilisation simultanée de plusieurs instances d’AEM avec une seule base de données, mais ne prend pas en charge les installations simultanées.

Pour contourner ce problème, assurez-vous d’exécuter l’installation avec une seule personne membre et d’ajouter les autres à la fin de l’installation.

Longueur du nom de page page-name-length

Si AEM est exécuté sur un déploiement de gestionnaire de persistance MongoMK, les noms de page sont limités à 150 caractères.

NOTE
Consultez la documentation de MongoDB pour vous familiariser avec les limites et les seuils connus de MongoDB.
recommendation-more-help
19ffd973-7af2-44d0-84b5-d547b0dffee2